La vente aux enchères du bien dans le cadre d’un partage judiciaire, un choix stratégique ? Pas vraiment !

La situation des couples en instance de divorce qui possèdent un bien commun ressemble souvent à ceci : l’un des partenaires veut continuer à occuper le bien, mais l’autre a besoin d’argent pour prendre un nouveau départ et souhaite obtenir sans tarder l’équivalent financier de sa part. Beaucoup pensent que c’est peine perdue de tenter de trouver une solution à l’amiable dans cette situation, tandis que la vente aux enchères après divorce semble offrir aux deux partenaires la chance d’atteindre leur objectif. Toutefois, dans la grande majorité des cas, cette chance s’avère illusoire – et lourde de conséquences !

Ehe aus, Hausverkauf?

Nicht unbedingt. Wir helfen Ihnen, die beste Lösung im
Umgang mit Ihrer Scheidungsimmobilie zu finden.
Kontaktieren Sie uns!

La vente aux enchères après divorce est une forme particulière de vente forcée visant à diviser le bien commun lorsque les propriétaires sont en désaccord. Dans le cas d’un divorce, le problème est généralement que le couple ne parvient pas à se mettre d’accord sur le montant que le partenaire qui veut continuer à occuper le bien doit payer à l’autre. L’un des partenaires peut alors demander au Tribunal de première instance – sans le consentement de l’autre – de mettre le bien aux enchères afin de le partager. Cette vente aux enchères est ensuite réalisée par le tribunal et le produit de la vente, moins les frais de notaire et de procédure, est divisé entre les deux propriétaires.

Première illusion : racheter la part de l’ex-partenaire « pour pas cher » aux enchères

En théorie, le partenaire qui veut continuer à habiter dans le bien a maintenant une possibilité : il peut soumettre lui-même l’offre la plus élevée dans la procédure publique et racheter ainsi la part de son ancien conjoint. Il est toutefois déconseillé de poursuivre cette stratégie. Souvent, et surtout s’ils remarquent combien vous tenez au bien, les autres enchérisseurs feront monter le prix à un point tel que vous serez complètement dépassé financièrement, même si vous remportez finalement l’enchère.

Deuxième illusion : obtenir rapidement de l’argent liquide grâce à la vente

Pour le partenaire qui déménage et qui est intéressé par une monétisation rapide de sa part, une vente aux enchères dans le cadre d’un partage judiciaire est une solution qui s’avère également souvent très insatisfaisante. En effet, une fois l’enchère terminée, vous n’avez plus aucune influence sur le prix de vente obtenu. Or, il peut arriver que le bien soit vendu aux enchères largement en dessous de sa valeur réelle ou que le produit de la vente ne suffise même pas à rembourser le crédit, sauf si votre bien était déjà entièrement payé. S’y ajoutent les frais d’expertise, de notaire et de procédure. Dans le pire des scénarios, au lieu du capital espéré pour prendre un nouveau départ, la vente aux enchères après divorce peut vous valoir de nouvelles dettes.

Une solution à l’amiable est toujours préférable

On peut comprendre que de nombreuses personnes fuient comme la peste les conflits avec leur ex-partenaire au sujet des biens communs. Néanmoins, une vente aux enchères dans le cadre d’un partage judiciaire est la pire solution possible pour sortir de cette impasse. Les deux partenaires doivent garder à l’esprit qu’ils ont tous deux intérêt à tirer le meilleur parti du bien sur le plan financier. Pour cela, la seule solution est un arrangement à l’amiable. Que la décision commune aille dans le sens de la vente, de la reprise du bien par l’un des partenaires ou de la mise en location, il y a plus d’arguments rationnels en faveur de chacune de ces variantes qu’en faveur d’une vente aux enchères dans le cadre d’un partage judiciaire. Si vous cherchez une solution optimale pour votre bien, qui permet aux deux partenaires de vivre correctement, un agent immobilier professionnel peut vous conseiller avec compétence et servir de médiateur neutre entre vous.

Vous ne savez pas quelle décision prendre pour votre bien en cas de séparation ? Contactez-nous ! Nous vous conseillerons volontiers au sujet des différentes possibilités.

 

Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez :

https://www.scheidung.org/teilungsversteigerung/

https://www.advocado.de/ratgeber/zwangsvollstreckungsrecht/zwangsversteigerung/teilungsversteigerung.html

https://de.wikipedia.org/wiki/Teilungsversteigerung

 

Remarque juridique : cet article ne constitue pas un conseil fiscal ou juridique dans un cas particulier. Veuillez demander à un avocat et/ou un conseiller fiscal de vous informer sur votre cas particulier.

 

Photo : © IgorVetushko/Depositphotos.com

ESTIMER VOTRE PROPRIÉTÉ MAINTENANT

Estimation gratuite en 1 min

Was ist ein Vorvertrag und wann ist er beim Immobilienverkauf sinnvoll?

Sie haben einen Käufer für Ihre Immobilie gefunden, der bereit ist, einen guten Preis zu zahlen, und der Ihnen außerdem auch noch sympathisch ist. Leider lässt die Finanzierungszusage der Bank auf sich warten. Ihr Käufer […]

en savoir plus

Warum Makler-Alleinauftrag?

Theoretisch ist es durchaus möglich, mehrere Makler mit dem Verkauf einer Immobilie zu beauftragen, denn eigentlich zahlt man ja sowieso nur den Makler, der den Verkauf getätigt hat. Viele Eigentümer glauben, dass sie dadurch den […]

en savoir plus

Wie beschäftige ich meine Kinder im Homeoffice

Im Homeoffice zu arbeiten ist nicht immer einfach. Nicht nur für die Erwachsenen, sondern auch für die Kinder. Was tun, wenn die Kleinen nicht zur Kita oder zur Schule gehen können? Wir haben einige Beispiele […]

en savoir plus

NOTRE EQUIPE DE RÊVE

avec la passion du service

Mathilde Allemand

Agence Berlin Wilmersdorf

Junior Project Manager

Français, Allemand, Anglais +49 30 88 70 24 08 mathilde.allemand@aden-immo.com

Michael Bautz

Agence Berlin Friedrichshain

Agent immobilier

Allemand, Anglais +49 30 29 77 87 80 michael.bautz@aden-immo.com
Lars Drewes

Lars Drewes

Agence Berlin Wilmersdorf

Responsable des Ventes

Allemand, Anglais +49 30 23 633 533 lars.drewes@aden-immo.com
Foto Mitarbeiterin Isabelle Goncalves

Isabelle Goncalves

Agence Berlin Wilmersdorf

Agent immobilier

Français, Allemand, Anglais +49 30 887 024 07 isabelle.goncalves@aden-immo.com

Robina Henicke

Agence Berlin Friedrichshain

Agent immobilier

Allemand, Anglais +49 30 29 77 87 80 robina.henicke@aden-immo.com

Annabel Huard

Agence Berlin Wilmersdorf

Senior Project Manager

Français, Allemand, Anglais +49 30 88 70 24 08 annabel.huard@aden-immo.com

Udo Lewin

Agence Berlin Wilmersdorf

Consultant immobilier

Allemand, Anglais +49 30 23 633 533 udo.lewin@aden-immo.com

Olivier Montero

Agence Berlin Friedrichshain

Agent immobilier

Français, Allemand, Anglais +49 30 29 77 87 80 olivier.montero@aden-immo.com

Hélène Salvanes

Agence Berlin Wilmersdorf

Marketing & Business Development

Français, Anglais, Allemand +49 30 88 70 24 08 helene.salvanes@aden-immo.com
Porträt Arnaud Schott_quadratisch

Arnaud Schott

Agence Berlin Wilmersdorf

Associé

Français, Allemand, Anglais +49 30 23 633 533 arnaud.schott@aden-immo.com

Cihan Selmo

Agence Berlin Charlottenburg

Agent immobilier

Allemand, Anglais, Turc +49 30 220 66 11 77 cihan.selmo@aden-immo.com

Ulrike Siebert

Agence Berlin Wilmersdorf

Directrice Marketing

Allemand, Anglais +49 30 88 70 24 08 ulrike.siebert@aden-immo.com

Julian Strehblow

Agence Berlin Charlottenburg

Agent immobilier

Allemand, Anglais +49 30 220 66 11 77 julian.strehblow@aden-immo.com
Foto Mitarbeiterin Alice Thion

Alice Thion

Agence Berlin Wilmersdorf

Responsable location

Français, Allemand, Anglais +49 30 887 024 07 alice.thion@aden-immo.com
Jeannette Zentel-Schertlin

Jeannette Zentel-Schertlin

Agence Berlin Charlottenburg

Agent immobilier

Allemand, Anglais, Espagnol +49 30 220 66 11 77 jeannette.zentel-schertlin@aden-immo.com